services d'implantation de C.i. Process Shanghai

Installer une usine pour produire en Chine, dans quelle zone industrielle s'implanter ?

Par le cabinet C.i. Process (Shanghai)
 
.
ouvrir une usine en chine

Depuis l’adhésion de la Chine à l’OMC et la politique de plus grande ouverture du marché chinois aux entreprises étrangères du début des années 2000, il est devenu courant pour des entreprises françaises de s’installer en Chine et mettre en place des opérations de fabrication ou d'assemblage. Dans un premier temps souvent pour établir une base d’approvisionnement export, puis graduellement afinde fabriquer localement pour vendre à des clients chinois et étrangers installés en Chine.

/
conseils d'implantation d'une usine en chine
 
  Publication mise à jour le 17 octobre 2022  
Partager cette page sur
partager sur LinkedIn partager sur Facebook partager sur Twitter
Accueil > infos et réglementations > ouvrir une usine et produire en Chine, choisir une zone industrielle
 


Pourquoi s'engager dans une activité de production ou d'assemblage en Chine ?

Dans la première décennie des années 2000, il était commun pour des entreprises françaises de bénéficier de politiques d’investissement très attractives. Les zones industrielles consentaient des mesures d’exemption ou de forte réduction d’impôts sur les sociétés sous les 2 à 5 premières années. Les investisseurs profitaient aussi d’un relatif faible coût salariaux, surtout pour les processus de fabrication ou d'assemblage à forte intensité de main-d'œuvre.

Ces dernières années, l’évolution de la consommation intérieure, des exigences environnementales mais aussi l’accroissement des coûts de production ont modifié les objectifs des investisseurs étrangers qui gèrent un centre de production ou un atelier d’assemblage en Chine. On y relève un nette augmentation des salaires, des loyers d’usines et du coût d’acquisition de terrains constructibles.

Si l’objectif de produire en Chine pour ré-exporter en France ou dans d'autres pays n’est plus nécessairement avéré, des avantages demeurent lorsqu’il s’agit de produire localement pour vendre sur le marché chinois.

 

Quels avantages de produire en Chine pour vendre sur le marché chinois ?

30% des entreprises françaises installées en Chine opèrent une activité d'assemblage, de production ou transformation pour des ventes domestiques ou export. Un nombre croissant de PMI françaises et européennes s’installent afin d’être compétitives pour vendre localement. Des biens de grande consommation sont essentiellement, voire exclusivement, fabriqués en Chine afin d’être vendus sur le marché local. On pense en premier lieu aux appareils ménagers, équipement de maison, jeux/loisirs, etc.

construction of an industrial zone in China
Produire localement à base de composants sourcés en Chine permet souvent de belles économies d’échelles. On s'affranchit aussi des coûts de transport international, taxes et droits de douane qu’entraînent l’importation pour la revente. Des pans entiers d’activités commerciales de sociétés françaises, surtout les produits de luxe, sont eux basés sur une activité export de France, import et vente en Chine. Leur présence en Chine permet de mieux encadrer un réseau de distributeurs chinois online (e-commerce) et offline.

Souvent, ces entreprises ne sont pas directement concernées par une production sur le sol chinois. Cependant, des constructeurs automobiles étrangers implantés (dont Audi, BMW, ou Mercedes Benz) proposent deux gammes de véhicules : les productions locales pour les modèles standards et des modèles importés, plus luxueux et plus chers. D'autres exemples existent pour des marques occidentales de maroquinerie ou de produits cosmétiques.

Celles qui franchissent le pas sont aussi des entreprises étrangères qui ont, en Chine, développé une belle base de clientèle et un chiffre d’affaires prometteur basé sur une activité import. Elles sont de plus en plus nombreuses à privilégier un centre de production local. Il peut prendre la forme d'un atelier d’assemblage qui incorpore des composants importés et sourcés localement. Ou bien être un centre de production qui intègre une majorité ou totalité de composants chinois afin de compléter une gamme de produits importés. Dans ce cas, ouvrir une usine en Chine devient un motif de compétitivité et de pérennité dans le développement. Pour ces entreprises, la concurrence en Chine provient non seulement de concurrents étrangers connus et installés localement mais aussi d'industriels chinois ayant acquis un savoir faire, réputation et qualité reconnus.

 

Comment installer son usine en Chine : avec ou sans partenaire local ?

Un nombre croissant de PMI s’installent afin de devenir ou de rester compétitives pour vendre leurs produits localement.

Une idée tenace perdure qu’il est encore obligatoire de s'associer à un partenaire local pour implanter son entreprise en Chine. Ce n'est plus le cas, hors les secteurs considérés comme stratégique. Avant les années 2000, les sociétés étrangères devaient dans leur grande majorité recourir à une association en joint-venture (JV) avec un partenaire chinois. Les réglementations ne permettaient alors pas encore d’exploiter seul une activité industrielle ou commerciale. Parmi les premiers investisseurs, les constructeurs automobiles occidentaux installés en JV avec des fabricants automobiles chinois. Encore à ce jour, le secteur d’activité de la production automobile ne reste accessible qu’aux seules joint-ventures sino-étrangères. Par contre, pour une majorité d’autres secteurs, il est permis depuis plus de 15 ans d’installer une entreprise à capitaux 100% étrangers (dite WOFE ou WFOE) en Chine.

Les réglementations qui encadrent les investissements étrangers étaient consignées dans un « catalogue des investissements étrangers » qui, depuis 2018, a été depuis remplacé par une « liste négative». En clair, si le secteur d’activité envisagé ne figure pas dans cette liste,  l’investissement est autorisé en tant que société ou filiale à capitaux 100% étrangers. Vous pouvez consulter la liste négative des investissements étrangers à jour et valide en 2022.


Pour un accès rapide à l'expertise locale, à la main-d'œuvre, aux clients et canaux de distribution, des entrepreneurs envisagent une co-entreprise avec un partenaire chinois. Souvent, ce rapprochement se fait avec un associé avec qui ils sont déjà en affaires et dans une relation de confiance. Un partenaire de joint-venture bien choisi leur apporte ce dont ils ont besoin pour le démarrage. De plus, cela fait économiser du temps et des dépenses pour démarrer les opérations ex-nihilo.

A ce jour, et principalement pour des activités ponctuelles de projets (construction, infrastructures, nucléaire), de grandes entreprises étrangères continuent de constituer des JV sino-étrangères. Elles sont plus exactement des «cooperative Joint-Ventures » (CJV), avec des associés chinois qui sont des sociétés d’État.

Lorsque le secteur l'autorise, l’installation d’une filiale de type WOFE retient la préférence des entreprises françaises pour démarrer une activité de production, assemblage ou confection.

On observe que ces unités de production satisfont non seulement les besoins de leur maison-mère pour les marchés hors-Chine mais qu’elles tendent à développer avec succès des ventes sur le territoire chinois.

Une société à capitaux 100% étrangers jouit d'une indépendance totale de gestion vis-à-vis des partenaires chinois. Elle est autorisée à vendre en direct des produits fabriqués en Chine ou importés. Leurs dividendes peuvent être convertis en USD ou EUR et rapatriés au siège, sur les comptes de la maison-mère. Les entreprises désireuses de garder un contrôle total sur leurs opérations et qui ont besoin du plus haut niveau de protection des droits de propriété intellectuelle (brevets, marques) devraient envisager cette forme juridique.

plan de zone industrielle chinoise

 

Dans quelle localité monter son centre de production ou d'assemblage ?

Dans un pays qui représente géographiquement 15 fois la superficie de la France, où s’installer pour produire en Chine ? D’emblée, le critère de proximité de fournisseurs et sous-traitants ou de la proximité de clients permet un premier ciblage de  régions, provinces ou villes potentielles.

construction de bâtiment d'usine à louer en chine

Ci-contre, des bâtiments d'usine en construction dans une zone industrielle du Zhejiang.

En raison d’une vocation initiale à produire localement pour exporter, les dirigeants et investisseurs tendent à choisir des régions côtières situées à proximité des ports et aéroports internationaux pour monter leur filiale de production.

Les coûts d’approche et de logistique ont un impact majeur sur les délais et coûts de livraison à l'export.

Historiquement, les régions accueillant les investissements industriels étrangers sont les provinces côtières :

  • du Guangdong (Canton, Shenzhen, Dongguan, Zhongshan, Zhuhai)
  • du Fujian (Xiamen, Fuzhou)
  • le triangle Shanghai + Zhejiang (Ningbo, Hangzhou, Yiwu) + Jiangsu (Suzhou, Taicang, Kunshan)
  • et les provinces plus au nord de Shandong (Qingdao, Jinan), de Tianjin et du Liaoning (Dalian).

Il y a moins de 10 ans, les mégalopoles de Chongqing et de Chengdu situées à plus de 1000km d’un port maritime ont développé des activités de services et de production high-tech dans l’aéronautique par exemple. Les produits à haute valeur ajoutée peuvent être exportés soit par avion (vols directs vers l’Europe) soit par le gigantesque réseau ferroviaire qui part relie désormais ces régions à l’Europe en 2 à 3 semaines.

Depuis 2005, nous constatons que beaucoup de sociétés françaises installent une base de production en Chine afin de fabriquer, livrer et facturer en monnaie chinoise les filiales chinoises de leurs clients globaux. De nombreux exemples dans le secteur aéronautique, le médical, l'industrie chimique et l'automobile. Le choix de la localisation d’une unité de production est souvent dicté par la localisation suggérée par le donneur d’ordre principal. En effet, ces nouvelles entreprises qui s’installent sont souvent des sous-traitants de grands groupes industriels occidentaux. Ainsi, ces grandes entreprises sont en mesure d’apporter une visibilité, voire des garanties sur un volume d’affaire minimum. C'était essentiel pour des sous-traitants qui installent parfois leur première filiale internationale de production. Cela leur permettait aussi d’obtenir des aides et financements des pouvoirs publics (Business France, BPI) et des banques. Logiquement, de grandes banques françaises se sont installées en Chine depuis ans pour y suivre leurs plus gros clients industriels.

Ici, l'intérieur d'un nouveau bâtiment d'usine à louer dans un parc industriel chinois.

Cette structure en béton est pré-installée avec un dispositif de sécurité incendie (sprinklers pour l'extinction automatique), un réseau d'aération et évacuation des résidus olfactifs liés à l'activité.

Ce site est prêt à accueillir un revêtement de sol en résine époxy et les machines d'une ligne de découpe pour des pièces de mécaniques de précision.

new built factory for rent in china

 

Déménager une usine d’un parc industriel à un autre en Chine

De nombreuses sociétés industrielles étrangères se sont il y a 10 ou 15 ans installées dans des parcs industriels mitoyens des grands centres urbains. On peut citer Pékin, Shanghai, Qingdao, Tianjin ou Canton. Si elles y ont établi une activité stable, elles sont parfois amenées à envisager une relocalisation et donc un déménagement dans une autre zone industrielle. Voici les principales raisons qui expliquent pourquoi.

Évolution de l’urbanisme en Chine

Les très grandes municipalités (10 à 20 millions d’habitants) continuent de développer leur plan d’urbanisme et continent de construire des autoroutes, immeubles résidentiels et de bureau. Certaines zones industrielles sont soit devenues soit trop chères (loyers, consommables, salaires), soit annoncées comme étant amenées à disparaître dans plusieurs années. Ainsi, les locataires doivent envisager une relocalisation de leur outil de production dans une autre zone de leur province soit dans une province mitoyenne. Les conséquences ont un impact sur la stabilité de l’activité, sur le personnel et parfois sur la chaîne d’approvisionnement ou de distribution. D’autres motifs plus classiques incitent des sociétés à déménager et relocaliser leur outil de production en Chine, d’un parc d'activité industriel à un autre. Les voici :

Accroître les capacités de production locales

Besoin d’augmenter la surface de production, montage ou assemblage alors que la zone d’activité dans laquelle l'entreprise est implantée ne permet pas d’extension de bâtiments industriels. Il est fréquent qu’aucun local adapté ne soit plus disponible à l’achat ou à la location. Pour des besoins supplémentaires de stockage temporaire ou permanent, un local séparé du site de production principal peut aussi être envisagé.

La conformité aux dernières directives sécuritaires et environnementales

L’activité industrielle ou d’assemblage implique des process qui deviennent fortement contrôlés, notamment du point de vue des réglementations sanitaires et sécuritaires et de la protection environnementale. Elles sont devenues une considération majeure pointée par Pékin. Depuis 2017, dans la région de Suzhou, province du Jiangsu à 60km de Shanghai, toutes les sociétés de production d’encres d’imprimerie ont dû déménager car les réglementations locales ne permettaient plus l’exploitation d’activités considérées comme trop polluantes. Dans la région de Ningbo, ce sont des activités de chromage et de peintures (coatings) qui ont été touchées.

Réduire les coûts de structure et les charges d'exploitation

Le niveau d’augmentation du coût de la main d'œuvre et des coûts des terrains constructibles ont incité des entreprises à quitter les zones industrielles trop proches des grands centres urbains. Notez qu’en Chine les niveaux minimum de salaires sont fixés au niveau de chaque province. Hors les seuils de salaire minimum légalement en vigueur, c’est la pénurie de main d’œuvre qui tire les salaires vers le haut. Pourquoi ? les ouvriers se vendent aux employeurs les plus offrants. Par exemple, la province du Guangdong et ses grands bassins industriels (Shenzhen, Dongguan, Foshan, Shunde, Zhongshan) manque continuellement de main d’œuvre ouvrière. Beaucoup de travailleurs migrants viennent de provinces centrales (Jiangxi, Hubei, Henan, etc). Quand ils le peuvent, ils retournent dans leur famille ou profitent de mesures ponctuelles favorables aux activités agricoles de leur région d’origine. Depuis 2005, beaucoup d’industriels chinois du Guangdong se relocalisent dans les parcs industriels de provinces limitrophes (Zhejiang, Jiangxi) situées à plusieurs centaines de kilomètres du site initial. D'autres industries font le choix d’une délocalisation partielle ou totale dans des pays limitrophes tels que le Vietnam, le Cambodge, le Myanmar ou le Laos.

Sécuriser et mieux contrôler les coûts d'approvisionnement

la pandémie de Covid-19 a fragilisé la qualité et les coûts d'achat de beaucoup d'importateurs. Des fabricants et fournisseurs chinois ne sont plus capables de livrer dans les temps ou à des prix stables ou prévisibles. Ou bien, des fournisseurs locaux arrêtent leur activité ou font faillite. Cette situation touche aussi des produits de grande consommation importés par des acteurs majeurs du négoce (trading) en France. Certaines de ces sociétés ont décidé d'installer en Chine leur propre site d'assemblage ou de confection textile.


Dans quelle zone industrielle ou parc d’activité installer une usine chinoise ?

Il existe partout en Chine plusieurs catégories de zones industrielles pouvant être classées comme suit :

Classification des zones industrielles chinoises et leur statut

  • Les Zones industrielles ayant un statut national : ce sont de grands parcs industriels qui disposent d’infrastructures de qualité. Administrations intégrées, bureaux des douanes ou zones sous douanes inclues, bureaux d’aide au recrutement d’ouvriers et techniciens, zones résidentielles et commerciales intégrées ou mitoyennes. Ces zones construisent des locaux d'usines prêtes à la location ou préparent des terrains pouvant accueillir des bâtiments de taille importante (plusieurs dizaine de milliers de m2 par bâtiment).

  • Les Zones industrielles qui ont un statut provincial : sous tutelle directe d’une province, ces zones ont aussi des infrastructures de bonne qualité. Elles sont également conçues pour accueillir des PMI chinoises et étrangères ayant des besoins d’infrastructures plus modestes (1000m2 à 10.000 m2 le plus souvent). Pour un simple atelier de montage ou d’assemblage, il est difficile de trouver des surfaces inférieures à 1.000m2

  • Les zones industrielles qui n'ont qu'un statut local : sous tutelle directe d’une municipalité. Ces zones sont souvent de taille plus modeste, disposent de moins de services intégrés. Elles sont souvent aussi moins exigeantes vis-à-vis des conditions d’investissement, notamment sur les ratios statistiques (capital / surface) et de rentabilité fiscale (taxes annuelles / surface occupée). Dans ces zones, des locaux à louer pour des très petites surfaces de quelques centaines de m2 seulement peut aussi être ardu.

Les zones économiques spéciales (Special Economic Zones) dites SEZ

  • Les Zones Franches (Free Trade zones) dites FTZ : ce sont des zones de libre échange. De part les particularités de leur statut douanier et fiscal, elles permettent aux sociétés qui y sont implantées d’importer des produits en franchise de droits & taxes. Les droits sont à acquitter seulement si les produits finis ou assemblés entrent sur le territoire chinois hors de la zone. Les FTZ accueillent aussi des sociétés qui n’ont pas d’activité industrielle. Par exemple : des transitaires, entreprises de transport, sociétés d’entreposage et stockage, plateformes e-commerce. La Zone franche de Shanghai est la plus développée. Elle couvre une surface de 240 km2 et accueille des sociétés industrielles et de négoce. Depuis 2013, elle regroupe les zones de Waigaoqiao, de YangShan (qui accueille le nouveau port en eaux profondes), de l’aéroport de Pudong, et d’une portion de la zone financière de Lujiazhui. En savoir plus sur les zones franches en Chine.

  • Le premier Port Franc chinois et grande zone économique de libre échange de l'île de Hainan.
  • Les Zones Export (Export Processing Zones) dites EPZ : conçues pour accueillir des entreprises industrielles étrangères dont l’activité est orientée à l’export. Par exemple, production ou assemblage de produits intégrant des composants importés en Chine en franchise de droits. Ces zones sont principalement situées a proximité des grands ports maritimes.

  • Les Zones de Haute Technologie (High-Tech Zones) : par nature réservées aux activités de recherche et développement (R&D), elles accueillent aussi des entreprises ayant une activité de production industrielle ou d’assemblage. Elles préfèrent accueillir des activités « propres » du point de vue des réglementations environnementales. Ces zones reflètent la politique gouvernementale chinoise de faire migrer le pays d’un statut d’usine du monde à celui d'un centre de R&D et d’innovations. Les activités les plus technologiques et innovantes bénéficient de soutiens, de mesures fiscales préférentielles voire d’aides, à négocier.

 

La recherche fructueuse d'un bon emplacement est conditionnée à ce qu'un plan d'urbanisme des sites d'usines soit achevé.

Le gouvernement local et l'exploitant d’un parc industriel auront besoin d'un plan de construction ou d'aménagement du local de production.

plan de construction et d'installation d'une usine en Chine

Il demandera aussi une présentation du process d'exploitation de l’activité cible avant de confirmer la faisabilité des opérations souhaitées. En particulier, le respect des exigences de conformité aux règles de protection de l'environnement est devenu un critère clé d'acceptation de nouveaux projets.

 

Les réglementations environnementales et sécuritaires des activités industrielles

Globalement, l’évolution des réglementations chinoises de protection de l’environnement entraîne que de plus en plus de zones industrielles sont réticentes à accueillir ou continuer d’héberger des activités de production industrielle, d'assemblage ou de confection textile qui ont des rejets très polluants. Chaque nouvelle société qui s’implante dans un parc d'investissement industriel doit renseigner un rapport d’impact environnemental. Ce dernier impose de décrire très en détail les process de l'activité cible. La teneur des réponses du rapport est contraignante car il est soumis à un examen pour approbation des autorités chinoises de tutelle.



Le prévisionnel de chiffre d'affaire et de taxes à évaluer

En complément des aspects environnementaux, lors de rencontres avec le management chinois des zones industrielles, il est aussi nécessaire de présenter plus largement l’activité souhaitée. C'est-à-dire : les process de production, les ressources (machines, hommes), les moyens (investissement, capital et plan de libération), les objectifs d’activité en volume de vente et de chiffre d’affaire.

Cela conduira la Direction d'un parc industriel à en déduire ou à vous demander d’estimer des montants de taxes annuels. Ces taxes incluent l'impôt sur les sociétés, la TVA, les droits de douane, etc. Les ratios de performance fiscale par rapport à la surface industrielle exploitée restent à la discrétion de chaque zone.

En France et dans d’autres pays occidentaux, les considérations de maintien ou de création d’emplois sont des points majeurs mis en avant dans les dossiers d'implantation. En Chine, les critères qui priment sont ceux de la contribution fiscale (taxes), des statistiques (en investissement et en capital) et de la conformité à des règles de protection de l'environnement de plus en plus exigeantes.

 

Budget : quels postes de coût pour implanter une usine en Chine

Pour les locaux d’usine à louer : en vue de préparer un budget prévisionnel réaliste des frais d’installation, budgéter dans votre business plan des coûts réalistes :

  • Le loyer mensuel + caution à payer au propriétaire de l’usine (la zone elle-même ou un propriétaire privé)
  • frais de sécurité et de management du site
  • les consommables attachés à l’activité de production (eau, électricité, vapeur, gaz)
  • les coûts d'évacuation ou recyclage des déchets
  • parfois, les coûts d'installation de câbles d’alimentation électrique jusqu'à un nouveau bâtiment
  • l'aménagement des bureaux à l'intérieur des bâtiments de l’usine
  • Si applicable, nécessité d'un local de test, salle blanche, à température dirigée, salle de CEM, etc
  • selon le plan d’aménagement du local, le besoin d’ajouter des installations anti-feu complémentaires de celles qui ont permis la mise aux normes du local vide
  • Les frais d’immatriculation de la société et des coûts d'obtention de toutes les licences et permis requis
  • les frais juridiques de revue des contrats d’installation et contrat de bail de l’usine.

Pour les terrains industriels achetés par les industriels : ce sont les coûts d’acquisition du terrain et taxes associées, le coût de construction et de qualification et mise aux normes des bâtiments et équipements.

Tous ces aspects doivent faire partie des négociations initiales à mener avec la ou les zones cibles.

 

Nos conseils pour l’implantation d’un centre de production ou atelier de montage

  • Identifier une ou plusieurs régions d’implantation cohérentes avec votre projet et réaliser une analyse avancée de la disponibilité pour location de locaux d’usine seyants. Ou bien, suivant la stratégie des investisseurs, de la disponibilité de terrains industriels à acheter et à faire construire.
  • Conduire des comparatifs sur les conditions d’investissement dans plusieurs zones industrielles afin d’identifier les possibilités offertes et négocier des exigences minimum . Cela concerne notamment les régimes fiscaux et douaniers, les avantages et aides éventuelles, la disponibilité de main d’œuvre qualifiée, les conditions de vie si vous projetez d'envoyer des expatriés. 

  • La disponibilité de locaux industriels sous 100km des grands ports chinois est assortie de conditions d’investissement variables. Elles tiennent compte des locaux et terrains encore disponibles, de la réputation de l’investisseur et de l’envergure du projet. Plusieurs semaines ou mois de discussions et négociations sont nécessaires pour présenter et réviser un business plan réaliste acceptable par les autorités, en échange de conditions d'investissement préférentielles. Parfois âprement négociées.


     

    Implanter votre centre de production ou d'assemblage en Chine ? Notre cœur de métier consiste en des services d’accompagnement d'entreprises dans la préparation et l’implantation en Chine de filiales commerciales et industrielles.

    Agence agréée par l'Administration du Commerce et de l'Industrie chinoise, nous soumettons en direct aux autorités tous les dossiers d'investissement, d'immatriculation et demandes de licences de nos clients.

    Préparation des dossiers & business plans et présentation aux autorités chinoises, comparatif de parcs industriels, recherche de bâtiments d’usines à louer ou de terrains à construire. Suivi des discussions et négociations finales jusqu'à installation et obtention des licences et permis jusqu'au démarrage de l'activité.

 

 
articles professionnels sur la Chine
Lecture | suggestion d'articles en lien avec les informations de cette page :


haut de la page produire en Chine
.
| Contenu et design copyright 2003-2022 @ C.i. Process |   Shanghai, le